Habiters des hommes, la mise en œuvre des constructions sociales.   
Recherche




Decouvrir la ville

Fermer Comment écrire la ville

Fermer Territoires des villes

Fermer Entrée en ville

Fermer Confinement

Conseils de lectures

Fermer Bibliographie

Fermer Articles de référence

Fermer Citations

Histoires de Villes
  Centres Villes
      Narbonne
 
  Architectures durables
      Architecture & développement
      Architecture responsable
      Habiter écologique
      Oriels
      Chapelle médiévale
 
  Mobilités internes et externes
      Mouvements
      Camondo
      Elias Canetti
      Norbert Elias
      Henry Miller
     Jack Kerouac
      Allen Ginsberg
      Robert Musil
      Vidal Edgar Morin
      Origène
      Claudio Magris
      Predrag Matvejević
      Simone Weil
      Comenius
      Spinoza
      Condorcet
      Enracinements
      Frank Lestringant
      Charles Parain
      Adrienne Durand-Tullou
      Pierre-André Clément
      Gaston Roupnel
      Jean Giono, La Camargue
      Jules Pagézy, Aigues-Mortes
      Léon Pasquier
      Louise Guiraud
      Fernand Benoît
      Museon Arlaten
      Pierre Tisset
      L'Arioste
      Interprétations
      Sens & Sympathie
      Métaphore
      Silvana Borutti
      Rhétorica
      Métissages
      Métissage ou trahison
      Henri Ellenberger

 

Macrosociologie
Poétique & cultures
     Féminin et séduction
     Identité et droit ©
     Méditerranées
 
Habitat précaire
     Pierre sèche
     Aprisio
     Escalier, Couradou
 
La ville la nuit
     Réverbères
     La nuit
 
Anthropologie appliquée
     Anthropologie et santé
     Ethnologie & entreprise
 
Randonnées
     Dans les Cévennes

 

Parcours Photos

AAA - Anthropologie - La Belle Epoque - Gabriel Preiss

Enregistrements audios

1992

PLAGE - SABLE - VILLE

**************************

Emission radio 2001

BUSHMEN Partie 1
BUSHMEN Partie 2

 

 

Viadeo- Gabriel Preiss

Linked In - Gabriel Preiss

 

Sites à visiter
Sponsors
Visites

 79652 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Comment écrire la ville - Modeler la Ville

NEOS ET ARCHAOS
 

Petit parcours erratique auprès du sensible terrestre, aux aurores de la Céramique....

Terres, pots et poteries

Sur un plan quasi ontologique.
 
Neos, le commencement, le nouveau ou le renouveau.
Archaos, ce qui est proche de sa fin, désuet, ancien, passé de mode, cassé.

Le Neos est aussi la naissance de l'unique, du séparé.

L'Archaos la profondeur des temps, dans l'étendue et la texture, l'épaisseur et la densité, la finesse de la durée, les changements des cycles, les mues.

Ce qui a pu subsister, perdurer.
Archaïque est aussi tout le dépassé, ce qui est éteint.

Sur un plan plus historique, généalogique.
 
Aux origines, l'Eau, la Terre, le Feu, l'Air.
La matière. Imaginer ses origines.

La Terre mélangée à l'eau. La boue, la Vase, les limons.

Les sols trempés par les pluies orageuses seront séchés par le soleil revenu, et par le Vent (Mistral).
Il cuit leurs surfaces, ce soleil. La terre crue, les adobes.

Les terramares (En Languedoc, Henri Prades, Lattara... ) sont ces étendues, plus ou moins glissantes, tantôt eaux en flaques profondes, sur les chemins de halage au sommet des digues, terrains tantôt cuits et puis séchés par le soleil et son feu, et desséchés par les airs et vents (ici le Mistral, « manjo fango » dit Fernand Benoît).

Sels et eaux de pluie, dites douces par opposition au Sel amer.

La glaise, l'Argile sont assez faciles à recueillir et ramasser, lorsqu'ils sont amollis par le soleil mais contiennent alors encore assez d'eau.

Le séchage au soleil naturel devient cuisson, lorsque l'Argile est devenue compacte, dure au pic du laboureur.
Il n'y a plus en lui ni eau ni air, tout est parti, évaporé par la chaleur et les brises de l'Air libre.

Imaginer les origines de la poterie.
En Chine, le Kaolin et les Porcelaines.

Dans tout le moyen-Orient. Sumer, Hittites, Chaldéens, Babyloniens...
La Grande Grèce, et celle de Alexandre Le Grand... De la Bactriane, et Samarcande, à l'Indus.

Tout le pourtour méditerranéen. Les pays du Nord, Hyperboréens, Vikings ou Normands, Scots... tels que les a visités et si soigneusement décrits Pythéas le Massaliote en son périple vers le Nord, au VIème siècle av JC.

Véritable usine en plein air, la gauloise Graufessenque près du Tarn, cette usine à ciel ouvert officie dès la période pré-romaine. La forte demande en Amphores, Vases, Carafes, Gobelets... en dit long sur la force des échanges et sur la valeur des produits, la puissance culturale et commerciale de ces contrées maritimes, plaines et rivages proches des Montagnes cévenoles et des plateaux caussenards.

Cet art est né de l'observation. Et, comme toujours avec l'art, il sublime la Nature.

« Habiter le trouble » avec Donna Haraway (Ed. Dehors, Harmonia Mundi, Paris, 2019, 380 p)

Retrouver, se faire éblouir par les charmes toujours nouveaux de l'Ancien.
Ses nouveautés et inventions. Toute image en esprit, tout concept, possède de très nombreuses racines enchevêtrées, multiples, relations avec d'autres espèces, d'autres tournures...

C'est pourquoi nous recherchons toujours en tâtonnant, pour explorer les interdépendances, feuilleter les écheveaux de formes et figures, repérer et suivre les entrelacs de nos mémoires emmêlées, aux dessins complexes.

Tablettes cunéiformes de Terre Crue ou Cuite, la poterie comme art d'écrire, des glyphes, de conserver traces des actes ou recensements, inventaires des Silos à Grain, décompte et mémoire, dénombrement des gens, des animaux domestiques ou semi sauvages, des bestiaux, charrettes et embarcations, des outils et des armes disponibles, la gestion des stocks et leur administration, la comptabilité.

De produire de l'archive en masse à stocker en lieu sûr. Pour cela, abriter ces actes du Souverain, bâtir Temples et Palais immenses, sous la protection des interdits sacrés et secrets, signes de l'inexprimable et de l'indicible.

La Bureaucratie, origine de l'Etat. Donc de la Ville, de Pierre ou de Brique, Marbre ou Tuile (Tegula romaine). Les Vases des Hypocaustes (chauffage par les sols, technique Hellénistique, voir la ville grecque de Glanum, près de Saint-Rémy de Provence).

Par ses décors incisés, elle, cette Poterie, est aussi traduction ou transcription des visions d'une cosmogonie sacrée révélée par des devins professionnels ou des prêtres, maîtres des rites.

Ainsi, le passé, les pièces anciennes, nous rapportent, par devers cette opacité symbolique fondamentale (elle change et se transforme d'une civilisation à la voisine...), nous ramènent à la lecture de l'univers en tant que, et sous la forme de, ces figures, ces récits. Le récit appelé couramment des « origines ». On dit aussi Mythe.

Légende fondatrice, cette immense matrice de toute explication parlée, dessinée ou gravée.
Aussi grande et vaste que le sont les Palais (« De la Mémoire » selon Saint-Augustin) Royaux.

Rendre l'Invisible visible ou du moins perceptible, tel est cet enjeu, ce but de ces décors.

Invoquer le Sacré, le Divin. Visible d'ailleurs énigmatique, comme de juste.
Explications ou commentaires restent hasardeux. Toujours.

L'Invisible est-il toujours indicible ?? D'où le biais du Symbole, de la Ruse (… « Les ruses de l'intelligence chez les Grecs », Marcel Détienne, Jean-Pierre Vernant), de l'éclairage latéral tamisé (Celui de la Caverne, Platon), indirect.

Tout passe... il y a là, à la fois et également présents, le neuf et l'ancien, les anciens et les modernes, les plus âgés et les novices... les générations.
« Le passé ne passe pas » dit William Faulkner, cité par Barack Obama.    

Et pourtant ils sont fondus en une même durée, et nous supputons, nous, que le même temporel les gouverne simultanément les uns et les autres ainsi rassemblés.

Côté temporel il n'en est rien.
Notre temps, où se trouve-t-il ??

D'une part, nous avons prétention de baigner dans l'Intemporel majeur, celui nous a été échu en héritage personnalisé (prédestination??).

Nous nous tenons ici au sommet. Croyons être les Premiers, les Principaux. Entre princes...

Nous espérons ainsi pouvoir recueillir l'héritage du Legs des Anciens.

Notre créativité se nourrit de si belles et flatteuses racines. Ressources illimitées et supérieures.

L'illusion de la primauté de nos Droits d'Aînesse nous égare en notre aveugle orgueil...
L'Ancien, le Nouveau... entre les deux la durée.

Le passé habite le présent (« ne passe jamais », selon William Faulkner, repris par Barack Obama) et il devance l'avenir prochain comme lointain.

La Durée, uchronique, précède le temps qui n'est que son essai, tout artificiel, de la décompter.

Le temps ?

Une posture temporelle, une façon de se projeter en croyant vivre tous le même temps.

Il n'en est rien, mais nous avons besoin de le croire.

Forgerons, fondeurs...

Le maître de forges manœuvre le feu (des origines) pour faire fondre les minéraux, roches en fusion, accomplir la transmutation sacrée, la transformation de genèse fondatrice.

Avec les minéraux, sables ou rocs. Le Silice des Verriers.

Le potier est maître des terres argileuses et autres.

Le Fondeur travaille à produire des pièces où s'impriment des signaux, des signes, une écriture s'accomplit (les transistors, les puces des ordinateurs).

Cette industrie est aujourd'hui vue pour ce qu'elle est. A force d'user des pouvoirs du Feu, nous nous sommes brûlés nous-mêmes.
Avons presque épuisé les ressources prétendues de la Terre-mère que nous avons rendue en trop d'endroits inhabitable (Lucie Taïeb : « Freshkills, recycler la Terre », Edition de la contre allée, Paris, 2020).

Nous restons encore trop aveugles et sourds à ces destructions irréversibles que nous avons imposées déjà trop à notre belle bulle bleue terrestre. Notre écosystème se meurt.
Nous restons paralysés, fascinés par ces feux partout allumés. Nous ne parviendrons plus à les éteindre. Le sort en est jeté désormais.

Technostructure et société

Il nous sera impossible de réparer tous les dommages que nous avons déjà causés sur terre.
Nous aurons cassé notre Vase, brisé notre Urne avant de casser notre Pipe !!

Son Bec est long, et elle est toute en Porcelaine. Amsterdam depuis le XVIIème quand le Tabac est arrivé des « Indes ». Porcelaine Blanche comme de bien entendu !!

Les Villes immenses, ou plus petites, avec, pour beaucoup d'entre elles, leurs gigantesques Bidonvilles, Townships ou Favelas... Architectures spontanées, autoconstructions, Delhi, Rio, Mexico, Tokyo, Séoul, Taipeh, Saïgon (Ho Chi Min Ville), LA, NYC, Vancouver, Berlin, Pékin, Johannesburg, Moscou, Vladivostok, Caracas, Lima, Bogota, Sao Paulo, Bombay, Calcutta... vont rester à leur place et sans doute continuer de se développer encore, si du moins tout ne bascule pas dans des effondrements majeurs, ici et là.

Incendies géants, effondrements, Tsunamis, éruptions volcaniques, fontes des grands Glaciers, terrestres ou maritimes, Permafrost ou Banquise, glissements des sols, et leurs Mollards (partie de la montagne qui se détache et coule) et encore autres révoltes ou massacres derechef toujours à venir...

La technostructure est solidement en place. Ses réseaux, eau potable, eaux usées, lignes électriques et électroniques (câbles optiques, fibres...) ne cessent pas de s'accroître, tisser les Toiles, augmenter les pouvoirs et resserrer les emprises, commerciales, culturelles, économiques, techniques, informationnelles.

La Terre peu à peu se couvre et recouvre de tous ces artefacts massifs, proliférants que nous lui faisons supporter et qui doivent être entretenus et alimentés sans répit (Jacques Dreyfus : « La Ville disciplinaire », « La société du confort »).

Des lignes Haute tension avec des Pylônes implantés à plus de 3000m d'altitude, pour ne mentionner que le seul massif du Mont-Blanc (Glacier de Tré-la-Tête, crête Sud).

L'entretien se fait en hiver par Hélicoptère dans les bourrasques des Vents glacés (et sans visibilité aucune). Le pilote doit tenir sa position, dans ces instabilités, un autre homme, son collègue reste suspendu à son filin, dix mètres en dessous de l'appareil, et il doit accomplir et parachever sa réparation, rétablir le courant.

Nous remplissons ces vases communicants à ras bord.

Les guerres dites « périphériques » semblent avoir pour but de détourner l'attention, la reporter sur les marges, pour mieux protéger les « Centres ». Jamais la Violence endémique ne cesse tout à fait.

Tout ceci rend les portes de sortie malaisées, voire introuvables.

Notre devenir en tant que communauté humaine planétaire se trouve compromis à très court terme.

Sans mentionner encore tous les changements de mœurs et de façons d'être qui seront tous concrètement nécessaires, économie, reconversions industrielles ou technologiques, règles de Droit... contentons-nous de souligner que, cette fois-ci comme autrefois en des crises d'ampleur comparable, les transformations doivent et devront concerner d'abord les esprits, les attitudes morales, les dispositions intérieures les plus intimes.

Il faudra reconstruire un système politique ou de gouvernance inédit tout nouveau.

Sur front de concurrence et conflits latéraux, les Blocs s'entrechoquent déjà... Chine, USA, Russie, Europe...
Un certain Art de vivre surnage pourtant à ces désordres et se perpétue.

Ecouter ensemble le message de l'Art.

Arts de la Table et protocoles

Les Poteries ornent nos tables.
Pichets à Eau ou à Vin, Bocks à Bière munis ou non d'un Couvercle en Etain.

Pots pour les Jus de Pomme ou de Raisin.
Théières magnifiques (engobes) chez les Bantous d'Afrique du Sud notamment, pour les infusions.

Si le travail de ces « Terres » est international, on trouve autant de formes traditionnelles que sont les diverses cultures des sociétés qui les produisent.
Elles créent par là les rituels qui marquent les célébrations et leurs protocoles raffinés. Rituels d'accueil, festifs, cérémonies d'hospitalité ou de réunion, d'intronisation ou d'initiation, d'éloge et de réception.

Il n'y a pas que le Japon qui mette en scène une cérémonie du Thé, au reste fort belle.

L'alliance, dans la diversité extrême des Tisanes, de la terre et des Herbes, qu'elle porte par ailleurs, qui sont récoltées, cueillies et séchées (le Pot à Tabac, lui aussi), avant de se trouver infusées, ces rituels cérémoniels consacrent la coexistence des matières, la cohérence des éléments ainsi associés.

Ici aussi, il est question d'équilibres subtils, de complémentarités insignes.

Il est bien des savoir-faire dans une mise de Table.

Les responsables chargés des protocoles de l'Intendance du Palais présidentiel de l'Elysée, à Paris, en savent beaucoup sur ces sujets.  
 
L'usage du Pot et les danses domestiques. L'usuel et le Casuel. Les répétitions de l'ordinaire. Remplir et vider le Pot à Lait, à eau, et non pas l'eau de Vie. Le Schnaps, servi dans une carafe à long col, mais aussi le pot largement ouvert sur son Bec bien formé, qui ne goutte pas en versant.

Ce pot peut servir à préparer des Cocktails, des Boissons aux Fruits macérés, conservés dans un ou plusieurs Alcools.

L'expression « Au même Pot, au même Feu »...
Le Pot fait compagnie, réunit les Buveurs autour des Verres pleins, vidés cul-sec ou sippés, et de nouveau remplis.

Même Pot même Feu. Le Ménage même. La petite famille se chauffe et se nourrit autour du même Feu. Boire et manger.
Le même foyer, les plats qui mijotent, à petit Boul, le grand Chaudron de Cuivre pendu à la Crémaillère où viandes et Légumes bouillent au même Bouillon dont les yeux disent le riche et Gras nourrissant.

Le Cassoulet sur la Braise. Toupi et toupine. La fiancée trouve son Toupin. La Casserole son couvercle exact.
A chaque toupi sa toupine...

La Paroisse compte ses Feux. Chaque Feu chaque Maison habitée. La Cheminée qui fume signale que les habitants sont présents.

La Famille est à la Chaumière, comme nous l'apprenions en Primaire.
Le bol du matin, le Pot, à Lait, à Café.

L'assiette creuse, à soupe, remplie à l'aide de la Louche, qui plonge dans la Soupière. Le Vase est largement ouvert, pour passer les gros morceaux, transvaser les plus grosses pièces, le Lard et les Légumes, à la Louche.

Deux Louches et l'assiette est juste pleine.

Le Pot aide à la mesure. Il développe un Service sur mesure, proportionné à chacun, ses forces et son appétit.
Verser à chacun avec parcimonie ou générosité.

Au gros mangeur, gros travailleur, une plus grosse assiette.
Aux plus petits, une demi Louche suffit.

La notion de portion.

Le Pot commande tout un protocole de Service, qui est un protocole social de partage.
Chacun selon son rang, sa compétence, son mérite.

Distribution raisonnée. Rôle le plus souvent apanage de la Dame, la maîtresse de Maison, qui y excelle.

La Louche et le Rouleau à Pâtisserie en sont les attributs majeurs.
Outils électifs et accessoires symboliques insignes. La Distinction.

Une Femme, debout, la Cruche sur l'épaule, verse l'Eau, la Vie. Célèbres tableaux, et sculptures, illustrent cette belle figure sacrée (Ingres...).

Le Pot ? Femme Source, origine et matrice, nourricière, dont le Pot, le Vase, sont les doublons, les répliques.

Gilgamesh Bébé, déposé dormant dans sa Corbeille (Le Jonc pousse dans la boue argileuse dont elle est tressée), bercé aux vaguelettes, qu'il chevauche, bien porté par son premier Berceau léger, retenu parmi les Roseaux, tout encerclé de fleurs aquatiques, Nénuphars et Lotus, avec les Carpes grasses qui nagent en dessous des larges feuilles plates, flottant en surface.

Le Végétal des Joncs et Oyats sert à attraper ou piéger des Poissons, le Pot, lui, à les cuire, macérer au Sel ou à l'Huile, les conserver et cuisiner.

L'Homme est fait de cet Argile, à la fois formé par l'Eau matrice boueuse, limoneuse, et menacé par elle, par une plus grosse Vague.

Métaphore de la Vie avec ses aléas, surprises, flottements, et rebondissements ou revers inattendus.

L'histoire de Moïse est calquée sur celle bien antérieure, perse, du Héros Gilgamesh.
Une longue Saga en langue persane raconte cette même histoire.

C'est au moins une Reine, celle qui trouve ce petit garçon bébé. Petit Prince.
Elle accomplit par sa découverte le rite de l'élection Royale, en recueillant cet enfant perdu, livré aux caprices des éléments incertains.
C'est ce rite qui fonde toute vie humaine, sacrée, mystérieuse.
Moïse sera celui qui porte au devant du peuple rassemblé la parole insigne du divin sacré, avec ses interdits bien composés, le Décalogue.

L'Eau est à la fois génitrice et potentiellement négatrice, destructrice de toute vie.
L'Argile, correctement mêlée de liquide et de semi-solide, devient ainsi malléable, livrée aux mains habiles de la Femme. Reine ou Princesse, elle transforme ce petit homme pour accompagner sa croissance, nourricière et éducatrice.
Elle initie le jeune garçon, lui enseigne les actes justes, les rites, lui donne à savoir, comprendre et réfléchir, savoir-faire et savoir-vivre tout ensemble.
L'Eau a besoin que la femme primordiale lui imprime sa marque, qui sera, par exemple, plus tard, le Signe et la cérémonie du Baptême, puis de l'Onction Royale par l'Huile consacrée (Samuel le Prophète oint la tête du jeune David). Sceau de sa propre consécration, métamorphose et transformation.

La décomposition de la Terre-Argile déposée, diluée et dissoute par les eaux va produire sa séparation d'avec les éléments contraires, Eau et Terre. Elle les sépare et réunit.
Ainsi se trouve formé cet Homoncule, ce petit Prince, fragile et incertain, fort et indestructible de par sa faiblesse elle-même.
De Corruptione et Generatione, écrit Aristote (Je traduis : De la corruption et la Genèse-génération).
Décomposition et génération simultanément articulées.
C'est cette Saga sacrée que représente en ses figures le Grand Mythe originaire et originel.

Avoir du Pot
Tourner autour du Pot
Il faut, pour tourner un Pot, un Tour circulaire, actionné au pied, pour façonner la Boule de Glaise, monter les côtés. Poser d'abord la Boule bien centrée, sur la planche. Y enfoncer le poing pour créer un trou central de la dimension voulue. Saisir ensuite un bord et le relever tout autour de la Boule. Faire monter ce rebord graduellement. Prendre au fond du trou la matière pour élever le rebord le plus haut possible sans qu'il ne soit trop fin. Son épaisseur doit être telle qu'il tienne debout sans retomber.

La main va façonner une anse, au besoin, qui sera posée sur l'un des côtés.
Sans anse, il s'agit d'un Bol, ou Vase. Avec elle il devient Pot.

Un Bol peut avoir deux ailes horizontales, il reste un Bol.
L'anse est trouée, tige autour d'un vide, fixée sur chaque extrémité, pour que la saisie par le doigt se fasse facilement.

Tourner autour du Tour ?? Ou bien tourner autour du Pot. Comme en circonlocution pour évoquer sans y toucher un sujet indéfinissable par définition.

Tourner autour permet de gagner du temps afin de mûrir une meilleure réponse à la question soulevée.
De formuler mieux un sujet autrement flottant, indécis.
De poser mieux une nouvelle question, plus claire.

Pour éviter le sujet, aussi. Ou même le noyer, l'ensevelir sous de multiples considérations absurdes ou inattendues, qui égarent habilement ou traîtreusement notre interlocuteur.

Le Pot est un maître d'éloquence discret et perspicace. Il mêle et mélange divers objets sans les confondre. Il les tourne et retourne sans les briser ni les émietter. Il ne les réduit pas en bribes illisibles microscopiques.

Se noyer en des détails insolites ou incongrus.
Faire perdre le fil à notre interlocuteur, auditeur-lecteur.

Au moins, préserver la Vaisselle, qui, autrement se verrait finir toute brisée en morceaux par la dispute trop envenimée.

Pot de Terre contre Pot de Fer.
Pot Pourri (Et Melting Pot).
Tea Pot des britanniques. Flying tea pot.
Découvrir le Pot aux Roses.
Le Pot au Feu.
La Poule au Pot de Sully et Henri IV.

En  Alsace, le Römertopf  similaire au Toupin des Aquitains. Pot et son couvercle, collé pour le temps de la cuisson avec de la pâte. Il doit rester hermétiquement fermé.

On y mitonne le succulent Baeckehoffa, formé de couches de diverses variétés de Pommes de Terre, et de quatre viandes distinctes (Porc, Boeuf, Agneau, Poulet ou Volaille, ce que l'on veut) superposées.

Avec ou sans Ail, Herbes et Oignons...

Devinez-vous quelle sera la meilleure recette ?? Votre préférée ??

Y en a-t-il au moins une authentique ?? Quelle est la vraie ?
Ces questions demeurent, et demeureront toujours indécises, car il s'agit d'abord ici, encore une fois (Noch a môl), d'un savoir-faire, d'un goût, et non d'un texte de Loi théologique qui serait immuablement sacré, fixé en sa Lettre jusque dans l'éternité.

Pour qu'un texte livre Pas à Pas ses subtils pouvoirs, il y faut un esprit de devin inspiré d'un fort esprit.

Sur le transhumanisme, le Manga et le film : Ghost in the Shell, de Masamune Shirow et Jun'Ichi Fujisaku... préfigurent ce qui est en cours de développement, débuts de l'expérimentation. Transplants, implants robotisés... créent de nouveaux êtres hybrides, mi humains mi-robots.
La Porcelaine et les futures prothèses, implants réparables, amovibles, remplaçables. Exo-squelette.



 

 

 

Gabriel Preiss, sociologue et anthropologue
Atelier d'Anthropologie Appliquée, 34000 Montpellier 
Mars 2021.



 

 


Date de création : 14/03/2021 @ 12:30
Dernière modification : 14/03/2021 @ 13:20
Catégorie : Comment écrire la ville


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^