Habiters des hommes, la mise en œuvre des constructions sociales.   
Recherche




Decouvrir la ville

Fermer Comment écrire la ville

Fermer Territoires des villes

Fermer Entrée en ville

Fermer Confinement

Conseils de lectures

Fermer Bibliographie

Fermer Articles de référence

Fermer Citations

Histoires de Villes
  Centres Villes
      Narbonne
 
  Architectures durables
      Architecture & développement
      Architecture responsable
      Habiter écologique
      Oriels
      Chapelle médiévale
 
  Mobilités internes et externes
      Mouvements
      Camondo
      Elias Canetti
      Norbert Elias
      Henry Miller
     Jack Kerouac
      Allen Ginsberg
      Robert Musil
      Vidal Edgar Morin
      Origène
      Claudio Magris
      Predrag Matvejević
      Simone Weil
      Comenius
      Spinoza
      Condorcet
      Enracinements
      Frank Lestringant
      Charles Parain
      Adrienne Durand-Tullou
      Pierre-André Clément
      Gaston Roupnel
      Jean Giono, La Camargue
      Jules Pagézy, Aigues-Mortes
      Léon Pasquier
      Louise Guiraud
      Fernand Benoît
      Museon Arlaten
      Pierre Tisset
      L'Arioste
      Interprétations
      Sens & Sympathie
      Métaphore
      Silvana Borutti
      Rhétorica
      Métissages
      Métissage ou trahison
      Henri Ellenberger

 

Macrosociologie
Poétique & cultures
     Féminin et séduction
     Identité et droit ©
     Méditerranées
 
Habitat précaire
     Pierre sèche
     Aprisio
     Escalier, Couradou
 
La ville la nuit
     Réverbères
     La nuit
 
Anthropologie appliquée
     Anthropologie et santé
     Ethnologie & entreprise
 
Randonnées
     Dans les Cévennes

 

Parcours Photos

AAA - Anthropologie - La Belle Epoque - Gabriel Preiss

Enregistrements audios

1992

PLAGE - SABLE - VILLE

**************************

Emission radio 2001

BUSHMEN Partie 1
BUSHMEN Partie 2

 

 

Viadeo- Gabriel Preiss

Linked In - Gabriel Preiss

 

Sites à visiter
Sponsors
Visites

 55777 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Confinement - Virus et sociétés

 

building.jpg Virus et sociétés
 

Comment un simple petit Virus invisible et microscopique disloque-t-il une société ??

 

Le Coronavirus et l'assaut contre les cadres sociaux de la mémoire collective...

 

Les villes, bombardées, en ruines, comme en 1914-18, les ponts détruits, les lignes de chemin de Fer sont coupées, les pistes des aéroports toutes défoncées de cavités et trous béants... par contraste, la ville réapparaît pour ce qu'elle devrait être en temps normal.

 

Liberté de circuler, de se déplacer, de se rencontrer et de se réunir ensemble par plus petits groupes, la Ville est mouvement multiple, continuelle transformation pluri-dimensionnelle, en volutes de métamorphoses graduelles incessantes, nœuds de réciprocité en vibration perpétuelle.

 

En cas de malheur, elle est exode, exil, refuge, fuite, évasion, et en cas de paix tranquille et de confortable sécurité, elle nous donne de pouvoir rejoindre ou inviter nos amis, nos proches, nos collègues ou partenaires, en affaire comme en amour.

 

La plupart de nos liens ne sont pas seulement physiques, par tous ces équipements, ponts, aqueducs, routiers, autoroutes et échangeurs, ronds points, pistes d'atterissage et d'envol... ou électroniques, mais ils sont surtout immatériels, ou métaphysiques, moraux et spirituels.

N'ayons pas peur des mots.

 

La marche à pied ou à cheval diminue avec les camions, autobus, et autos, qui se sont multipliés, jusqu'à transporter les troupeaux par la route.

Les transhumants transhument désormais par camion. C'est assez dire que les troupeaux ne traversent plus jamais les villages.

 

Finie l'odeur tenace des crottes de Bique qui se collaient sous nos semelles... le troupeau nous collait à la peau, ses parfums avaient imprégnés tous nos habits.

 

Avec ces autos, motos, camions, cars, fini les poules qui s'ébattent librement sur les chaussées !

 

Un simple virus peut affecter notre condition d'humains, si puissament que cela échappe à notre entendement. Car nous ne vivons que de nos seules perceptions, ce qui est à notre portée immédiate.  Nous ne traitons que les aspects personnels individuels.

 

Nous laissons de côté l'essentiel, savoir les cadres collectifs constitutifs de notre véritable condition d'espèce, et ce sont eux qui se trouvent d'abord et principalement affectés.

 

Notre condition ? C'est de faire partie de groupes, de commuautés, de voisinages, d'entours (Jean Oury). Nous sommes des êtres grégaires (Elias Canetti, Masse et Puissance, Paris, Gallimard), et notre vie en dépend.

 

L'isolement peut donc nous affecter jusqu'à nous tuer, malades de la séparation.

 

Le confinement nous attaque donc au plus profond de notre vie psychique.

Le physique est au ralenti, les entretiens et fournitures indispensables sont assurés, au minimum pour que tous les équipements indispensables continuent de rendre leur service.

 

Dans cet épisode viral, il n'y a pas de destruction ni dégradation physique, mais bien morale et sociale, spirituelle (le moral est parfois en jeu).

 

Une assignation à résidence est plus souple et plus permissive que le confinement (rester chez soi) que nous nous imposons tous à nous-mêmes en ce moment.

 

Cette restriction nous fait bien voir que ce qui est détruit, indépendamment des victimes en nombre tragiquement important, ce sont tous les liens de la co-présence, de l'affection et de l'amitié, bref, toute la tendresse publique, le shake hands anglo-saxon, le serrement de mains en bon français. Le Proxémique (Edward Hall, La dimension cachée, Paris, Payot).

 

Finis les invités à table, les fêtes et anniversaires, les festivals et représentations, spectacles et cinémas. Tout passe désormais par la toile, le net.

 

Si le réseau connaît des défaillances il ne reste alors plus rien d'autre.

Restaurants, bars, bistrots et brasseries, cafés, Terrasses, tous sont fermés. Toutes les boutiques ou presque, bouclées.

 

Un minimum pour les approvisionnements de survie : quelques Boucheries, boulangeries, épiceries, restent ouvertes aussi. Marchands des quatre saisons, poissonneries, marchands d'Olives ou de Raisins secs, Dattes, Figues séchées ou fraîches... et les indispensables camions des transporteurs routiers...

 

Nous voyons là cet enchevêtrement indéfectible entre les liens physiques et non physiques, d'ordre moral, psychologiques, spirituels, métaphysiques, que j'ai essayé d'approcher ou de tenter de démêler en d'autres passages, compositions ou occurrences.

 

Le confinement au domicile fait réapparaître très clairement l'existence et l'importance, tellement importante que personne ne songe à la penser, de ces liens de relations doubles, mutuels, réciproques, en mouvement continuel, transformation, transgradation perpétuelle dont nos sociétés humaines sont constituées, par quoi elles se renouvellent en nos vies.

 

Nos sociétés, tellement technostructurées, suréquipées, sont réglées férocement par des disciplines de Fer. Le Nucléaire, les alimentations électriques ou pétrolières, tout ce que nous appelons les contraintes industrielles...

 

Lewis Mumford décrivait déjà en 1960-70 cette conurbation mondiale des tissus urbains continus que forment les métropoles ou mégalopoles (Le Mythe de la Machine, Paris, Fayard, 2 vol.). Mexico, Los Angeles, New-York, Miami, Vancouver... Beijing, Hong Kong, Shanghaï, Canton... Séoul, Tokyo...

 

Voir les images satellitaires en vue nocturne, avec un hémisphère Nord tout éclairé des lumières des villes (éclairage public surtout), et un hémisphère Sud en train de s'équiper aussi.

 

Donc, premier point, le confinement nous laisse à voir, nous révèle en quoi ces appareils industriels lourds corsettent nos sociétés, obligent toutes ces cultures néo-modernes à se plier à leurs diktats ou contraintes massives, inexorables.

 


Date de création : 04/05/2020 @ 11:20
Dernière modification : 04/05/2020 @ 12:10
Catégorie : Confinement


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^