Habiters des hommes, la mise en œuvre des constructions sociales.   
Recherche




Decouvrir la ville

Fermer Territoires des villes

Fermer Entrée en ville

Conseils de lectures

Fermer Bibliographie

Fermer Articles de référence

Fermer Citations

Histoires de Villes
  Centres Villes
      Narbonne
 
  Architectures durables
      Architecture & développement
      Architecture responsable
      Habiter écologique
      Oriels
      Chapelle médiévale
 
  Mobilités internes et externes
      Mouvements
      Camondo
      Elias Canetti
      Norbert Elias
      Henry Miller
     Jack Kerouac
      Allen Ginsberg
      Robert Musil
      Vidal Edgar Morin
      Origène
      Claudio Magris
      Predrag Matvejević
      Simone Weil
      Comenius
      Spinoza
      Condorcet
      Enracinements
      Frank Lestringant
      Charles Parain
      Adrienne Durand-Tullou
      Pierre-André Clément
      Gaston Roupnel
      Jean Giono, La Camargue
      Jules Pagézy, Aigues-Mortes
      Léon Pasquier
      Louise Guiraud
      Fernand Benoît
      Museon Arlaten
      Pierre Tisset
      L'Arioste
      Interprétations
      Sens & Sympathie
      Métaphore
      Silvana Borutti
      Rhétorica
      Métissages
      Métissage ou trahison
      Henri Ellenberger

 

Macrosociologie
Poétique & cultures
     Féminin et séduction
     Identité et droit ©
     Méditerranées
 
Habitat précaire
     Pierre sèche
     Aprisio
     Escalier, Couradou
 
La ville la nuit
     Réverbères
     La nuit
 
Anthropologie appliquée
     Anthropologie et santé
     Ethnologie & entreprise

 

Parcours Photos

AAA - Anthropologie - La Belle Epoque - Gabriel Preiss

Visites

 27905 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Viadeo- Gabriel Preiss

Linked In - Gabriel Preiss

Facebook AAA Atelier Anthropologie Appliquée

Sites à visiter
Sponsors
Entrée en ville - Présentation

Passer Le Pont - Les Plantiers - Mai 2014 - AAA Atelier d'Anthropologie Appliquée

Atelier d'Anthropologie Appliquée se consacre à l'étude fine des usages, des savoir-faire, savoir-vivre, savoir-être des "habitants" dans les villes.

Les narrations, les représentations de soi et des autres, toutes les formes des perceptions "identitaires" dans les villes nous intéressent comme autant d'objets d'étude inter-reliés.

L'identité d'une ville, celle d'un quartier, sont interrogées tour à tour à travers les observations directes et semi-participatives, dans la glane des propos de ses habitants, visiteurs, touristes, personnes en voyage d'affaire, dans leurs conversations les plus ordinaires, passionnées ou anodines.

Les lieux nous saisissent, nous font réagir. Ils nous manquent, à la façon d'un être cher que nous aurions perdu. Nous développons envers eux des attachements, qui forment en nous des habitus. Ils deviennent indissociables de notre être même, le plus intime. Nos mémoires confondent des parents, des amis, et les lieux où ils ont vécu, où ils vivent, où nous leur avons rendu visite.

Mémoires des lieux, mémoires des personnes, sont donc très étroitement entremêlées, si bien que les unes transforment les autres, et réciproquement. Un "Haut Lieu" se donne alors comme "lieu" au cœur de notre intimité re-surgissante. Cela ne se perçoit pas seulement dans la nostalgie, dans l'impatience du prochain retour à la maison (Home, sweet Home), que nous retrouverons à la manière d'un repos, du terme ultime, qui enfin nous soulage, à la fin de notre équipée qui fut harassante.

Nous arrivons hagards, épuisés, mais contents. De retour au pays, nous y revenons et tous les endroits, les lieux, nous rappellent alors leur existence. Il s'est passé quelque chose, pendant notre absence, car ils ont changé et nous les retrouvons néanmoins identiques, ou presque.

Ils révèlent alors par là leur importance pour les relations que les hommes tissent entre eux dans la ville et avec ces lieux qu'ils y partagent parfois, où ils se croisent, s'esquivent, se rencontrent, se cachent, se découvrent mutuellement. Nous pouvons alors explorer maintenant les habitus, personnels ou sociaux, repérer les retours, déceler et retracer les "géographies", secrètes ou intimes, de telle ou telle ville pour chacun de nous.

  Memoire des lieux - Les Plantiers - Mai_2014 - AAA Atelier d'Anthropologie Appliquée

La "nature" de la ville, à la fois ce qui nous la donne comme singulière et ce qui la compose comme un être collectif, l'expose parfois de manière fortuite. Elle se donne et découvre par surprise.

Nous la ressentons en ces moments-là comme un être sui generis, que nous sommes capables de sentir, dont nous explorons les dimensions les plus sensibles.

Elle apparaît comme une sorte de groupe distinct, elle est devenue une entité vivante.

Elle se démarque aussi, par ses ambiances, ses "atmosphères" changeantes, d'heure en heure modifiées, par les contrastes que nous entrevoyons quelquefois, de telle ou telle autre ville, voisine ou lointaine, que nous connaissons.

En tant que ville, elle entretient, par nous aussi, des rapports, et à travers les hommes qui circulent et voyagent, elle construit des liens, de voisinage, de familiarité, de connivence, elle communique avec des villes qui lui sont proches, géographiquement ou non.

Certaines pratiques de ses habitants ne se rencontreront pas ailleurs.

Celles notamment qui se déroulent en accord avec certains lieux en de certaines heures. Il existe bien une "Poétique de la Ville" (Pierre Sansot)... par laquelle celle-ci nous façonne, nous inspire, nous modifie et métamorphose, et, par où nous la transformerons nous aussi selon nos pratiques, en nos actes, nos comportements, nos humeurs.

Bac Barcarin - Mai 2014 - AAA - Atelier d'Anthropologie Appliquée

 


Date de création : 26/03/2014 @ 16:53
Dernière modification : 04/06/2014 @ 10:13
Catégorie : Entrée en ville


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^